Les origines du bébé signe


Tout commence dans les années 80 où se développe l’intérêt des chercheurs pour la langue des signes, notamment son utilisation au cœur des familles sourdes ou mal entendantes.

Joseph Garcia, interprète en Langue des Signes Américaine, remarque que les enfants entendants de ses amis sourds commencent à signer dès l’âge de 9 mois. Mais pas seulement ! Ils développent aussi leurs capacités de communication bien plus tôt que les autres enfants avec un vocabulaire beaucoup plus large.  Intéressé, il décide d’approfondir ce constat et en a fait le sujet d’une thèse. Son étude évoluera ensuite vers le programme « Sign with your baby ».

Pendant ce temps, en Californie, deux chercheuses, Linda Acredole et Susanne Goodwyn révèlent qu’une forme de communication gestuelle innée se développe chez les enfants préverbaux et confirment les idées avancées par Joseph Garcia . Elles mettent alors au point un ensemble de signes pour bébé, créent un programme nommé « Baby signs » et publient un premier livre en 1996, « Baby signs : how to talk with your baby before your baby can talk », qui deviendra rapidement un best-seller.

C’est 10 ans après, en 2006 que se développe en France le concept grâce à Nathanaëlle Bouhier Charles avec l’aide de Monica Companys, éditrice de nombreux ouvrages sur le sujet et elle-même sourde.

Depuis, via leurs associations, toutes deux militent pour le développement du concept bénéfique pour le développement de l’enfant, à travers des formations d’animateurs et de professionnels sur tout le territoire français.

En parallèle, de nombreuses études orthophoniques étayent les idées développées par ces précurseurs et divers professionnels de la santé se penchent sur cette méthode. En effet, cette dernière favorise à la fois le bien-être de l’enfant, le développement de sa motricité fine, le langage, sans oublier le moment d’échange privilégié entre l’enfant et ses parents créé lors de la mise en pratique !